en Argentine : CALANDRITA

_DSC6897La Calandrite bergeronnette est un petit oiseau de 13 cm qui appartient à la famille des Tyrannidae. 4 sous-espèces se partagent la zone de distribution qui s'étend du Nord et du Centre de la Bolivie à l'Est du Paraguay et du Brésil. En Argentine, on la trouve dans une large partie centrale du pays, à l'Est de la Cordillère des Andes et jusqu'au Nord de la province du Chubut. Deux sous-espèces sont présentes, Stigmatura budytoides inzonata, au Nord-Ouest et Stigmatura budytoides flavocinerea, plus au Centre et au Sud. La tête est gris vert avec un grand sourcil blanc, plus ou moins jaunâtre, et une ligne oculaire foncée. Le bec est noir. Le dos est gris vert. Les ailes sont gris vert avec les couvertures plus sombres et largement bordées de blanc et les rémiges bordées de blanc. La gorge et le ventre sont jaune clair. La queue est longue, noire, légèrement relevée, avec les bords externes et l'extrémité des plumes blancs. Les pattes sont grisâtres. Il n'y a pas de distinction visible entre le mâle et la femelle, mais les couleurs du plumage sont plus ou moins prononcées selon les sous-espèces.

_DSC6908La Calandrite bergeronnette vit en couple ou en groupes familiaux dans les broussailles et les arbustes. Toujours active, elle est aussi bruyante et le couple chante souvent en duo. Son alimentation est constituée d'insectes, de leurs larves et de leurs oeufs qu'elle trouve en parcourant la végétation. Le nid, en forme de petite tasse, est construit, par le couple, à faible hauteur, avec des fibres végétales, des petites branches, des poils et de la toile d'araignée. L'intérieur est tapissé de matières plus douces. La femelle y dépose 2, quelques fois 3, oeufs crème avec des taches châtaigne et grises plus concentrées sur la partie la plus large, qu'elle couvera pendant 15 jours. Après leur naissance, les petits sont alimentés par les deux parents et quittent le nid au bout d'une douzaine de jours. Les populations de la Calandrite bergeronnette sont stables et l'espèce ne présente pas de risque particulier quant à sa conservation.

DSC_3126La Calandrita es una pequeña ave de 13 cm que pertenece a la familia de los Tyrannidae. 4 subespecies se reparten la zona de distribución que se extiende del Norte y del Centro de Bolivia al este de Paraguay y de Brasil. En Argentina, la encontramos en una parte ancha y central del país, al este de la Cordillera de los Andes y hasta el Norte de la provincia de Chubut. Dos subespecies son presentes, Stigmatura budytoides inzonata, en el Noroeste y Stigmatura budytoides flavocinerea, más en el Centro y en el Sur. La cabeza es gris verde con una gran ceja blanca, más o menos amarillenta, y una línea ocular oscura. El pico es negro. La espalda es gris verde. Las alas están gris verde con las cubiertas más sombrías y ampliamente bordeadas por blanco y las remras bordeadas por blanco. La garganta y el vientre son amarillo claro. La cola es larga, negra, ligeramente erecta, con los bordes externos blancos asi que la extremidad de las plumas. Las patas son grisáceas. No hay distinción visible entre el macho y la hembra, pero los colores del plumaje son más o menos pronunciados según las subespecies.

DSC_3117La Calandrita vive en pareja o en grupos familiares en las malezas y los arbustos. Siempre activa, es también ruidosa y la pareja a menudo canta en dúo. Su alimentación está constituida por insectos, por sus larvas y por sus huevos que encuentra recorriendo la vegetación. El nido, en forma de pequeña taza, es construido, por la pareja, a baja altura, con fibras vegetales, pequeñas ramas, pelos y telaraña. El interior es tapizado con materiales más suaves. La hembra deposita allí 2, aveces 3, huevos crema con manchas castaña y griseas más concentradas en la parte más ancha, que incubará durante 15 días. Después de su nacimiento, los pichones son alimentados por ambos padres y dejan el nido al cabo de una docena de días. Las poblaciones de Calandrita son estables y la especie no presenta riesgo particular en cuanto a su conservación.

_DSC6901

iconeAlbum

Photos © Aline WOLFER & Philippe WOLFER