en Argentine : MONJITA DOMINICA

DSC_4509Le Pépoaza dominicain est un passereau qui mesure 19 cm et qui appartient à la famille des Tyrannidae. On le trouve au Sud-Ouest du Paraguay, au Sud-Est du Brésil et en Uruguay. En Argentine, il est présent du Nord-Est du pays (Sud de la province de Misiones) au Sud-Est de la province de Buenos Aires. A l'exception des rémiges et de la queue qui sont noires, son plumage est blanc, y compris l'extrémité des rémiges primaires. Le bec et les iris sont noirs. Les pattes sont noirâtres. La femelle est différente du mâle. La couronne, la nuque et l'arrière du cou sont gris cendré. Cette couleur se prolonge en pointe jusqu'au milieu du dos. On peut voir un V blanc trés net entre le gris des épaules et du dos et les ailes noires. Le Pépoaza dominicain vit exclusivement dans les prairies naturelles des zones humides. En général, on le rencontre en couple, ou en groupes parfois nombreux en hiver, posé sur des hautes herbes ou des clôtures.

DSC_4515Son alimentation est constituée d'insectes qu'il chasse d'un vol court avant de revenir se poser à son point de départ pour le déguster. Son nid est une demi-sphère construite entre les herbes, près de l'eau, avec des tiges d'herbe entrelacées avec des plumes, du duvet et éventuellement des poils. La femelle y dépose 3 ou 4 oeufs blancs ou légèrement jaunâtres. L'incubation dure une quinzaine de jours et est assurée par la femelle. Les petits sont alimentés par les deux parents et quittent le nid au bout d'environ 2 semaines. Le Pépoaza dominicain est actuellement classé dans un genre monotypique au vu de ses caractéristiques morphologiques et anatomiques. Pour certains auteurs, il demeure connu sous le nom latin de Xolmis dominicanus. Le Pépoaza dominicain est une espèce en danger d'extinction. Il ne vit en effet que dans un milieu très particulier qui est peu à peu détruit du fait du développement de l'agriculture.

DSC_4501La Monjita dominica es un pájaro que mide 19 cm y que pertenece a la familia de los Tyrannidae. Lo encontramos en el Sudoeste de Paraguay, en el Sudeste de Brasil y en Uruguay. En Argentina, está presente del Nordeste del país (al Sur de la provincia de Misiones) al Sudeste de la provincia de Buenos Aires. A excepción de las remeras y a excepción de la cola que son negras, su plumaje es blanco, incluido la extremidad de las primarias. El pico e iris son negros. Las patas son negruzcas. La hembra es diferente del macho. La corona, la nuca y la trasera del cuello son grises cenicienta. Este color se prolonga en punta hasta el medio de la espalda. Podemos ver V blanco  neto entre el gris de los hombros y de la espalda y las alas negras. La Monjita dominica vive exclusivamente en los pastizales naturales de las zonas húmedas. En general, lo encontramos en pareja, o en grupos a veces numerosos en invierno, poniendo sobre altas hierbas o alambres.

DSC_4513Su alimentación está constituida por insectos que caza de un vuelo corto antes de volver a ponerse a su punto de partida para saborearlo. Su nido es una semiesfera construida entre las hierbas, cerca del agua, con tallos de hierba entrelazados con plumas, plumón y eventualmente pelos. La hembra deposita allí 3 o 4 huevos blancos o ligeramente amarillentos. La incubación dura una quincena y es hecha por la hembra. Los pichones son alimentados por ambos padres y dejan el nido al cabo de cerca de 2 semanas. La Monjita dominica actualmente es clasificado en un género monotípico a la vista de sus características morfológicas y anatómicas. Para ciertos autores, permanece conocido bajo el nombre latino de Xolmis dominicanus. La Monjita dominica es una especie en peligro de extinción. Vive en efecto sólo en un medio muy particular que es destruido poco a poco a causa del desarrollo de la agricultura. Se llama también Monjita dominicana o Viudita blanca grande.

DSC_4511

DSC_4519

Photos © Aline WOLFER & Philippe WOLFER