en Argentine : PICAFLOR TIJERETA

colibri_hirondelleLe Colibri hirondelle, qui peut mesurer jusqu'à 19 cm, est l'un des plus grands colibris. Il appartient à la famille des Trochilidae. On le trouve à l'Est et au centre de l'Amérique du Sud, au Guyana, au Surinam, en Guyane française, à l'Est du Pérou et de la Bolivie, au Brésil, au Paraguay. En 1993, il a été observé pour la première fois en Argentine, à l'extrême Nord-Est du pays, au Nord de la province de Misiones (Puerto Iguazu). Au cours des 3 dernières années, sa présence s'est confirmée mais il reste extrêmement rare en Argentine. Les couleurs varient selon les 5 sous-espèces reconnues. Elles sont plus ou moins brillantes, le bleu est plus ou moins mêlé de vert et le vert de bronze. Les pattes sont plus ou moins vertes ou bleues. Certains individus sont atteints de leucitisme, plus communément appelé leucisme, le plumage est alors gris beige clair, pratiquement blanc, mais les yeux conservent la même couleur. Le Colibri hirondelle se distingue aussi par son plumage qui est l'un des plus brillants de la famille. La tête, le cou et le haut de la poitrine sont bleu violacé. L'iris est sombre. La petite tache blanche à l'arrière de l'oeil, habituelle chez les colibris, n'est pas toujours visible chez cette espèce. Le bec est court, noir et légèrement courbe. Le dos est vert pouvant avoir des reflets bleutés. Sur les ailes, les plumes de couverture sont de la même couleur que le dos et les rémiges brunes et noirâtres. Le bas de la poitrine et le ventre sont verts. La queue, bleu violacé, est fourchue et très longue. Elle peut représenter plus de la moitié de la taille de l'oiseau, voire les 2/3. Les pattes sont bleutées et deux touffes de plumes blanches marquent leur base. La femelle est plus petite que le mâle et son plumage est un peu moins brillant. Le Colibri hirondelle vit, en général seul, dans les espaces semi-ouverts, les bordures de bois, les savanes et aussi les parcs et jardins des villes ou villages. C'est un oiseau très territorial qui se montre particulièrement agressif envers tout intrus mais qui s'est habitué à la présence de l'homme pour les individus vivant en zone habitée. Le Colibri hirondelle s'alimente essentiellement de nectar de fleurs mais il chasse aussi de petits insectes ou arthropodes. Comme les autres colibris, il peut rester en vol stationnaire pour observer son environnement ou se nourri. La femelle du Colibri hirondelle construit un nid en forme de coupe, fait de matières végétales. L'extérieur est recouvert de mousse et de lichen et les matériaux sont liés par de la toile d'araignée. L'intérieur est tapissé de matières végétales douces. Le nid est placé sur une branche horizontale, quelques fois à faible hauteur. La femelle y dépose deux oeufs blancs qu'elle incube seule durant une quinzaine de jours. C'est également la femelle qui nourrit les petits, pendant les 22 à 24 jours qu'ils passent dans le nid et pendant encore quelques temps. Les petits ne sont indépendants que 2 à 3 semaines après avoir mis leur plumage. Bien qu'il s'agisse d'une espèce qui a beaucoup été chassée pour être mise en captivité, les populations de Colibri hirondelle semblent aujourd'hui stables, voire en expansion, et  l'espèce ne présente pas, à ce jour, de risque particulier quant à sa conservation. Il est aussi appelé Colibri à queue d'hirondelle.

colibri_hirondelle__1_El Picaflor tijereta, que puede medir hasta 19 cm, es uno de los picaflores más grandes. Pertenece a la familia de los Trochilidae. Lo encontramos al este y en el centro de América del Sur, en Guayana, en Surinam, en la Guayana francesa, al este de Perú y de Bolivia, en Brasil, en Paraguay. En 1993, ha sido observado por primera vez en Argentina, al extremo nordeste del país, en el Norte de la provincia de Misiones (Puerto Iguazu). En el curso de los 3 últimos años, su presencia se confirmó pero queda extremadamente raro en Argentina. Los colores varían según las 5 subespecies reconocidas. Son más o menos brillantes, el azul es más o menos mezclado por verde y el verde de bronce. Las patas son más o menos verdes o azules. Ciertos individuos padecen de leucismo, el plumaje entonces es gris beige claro, prácticamente blanco, pero los ojos conservan el mismo color. El Picaflor tijereta se distingue también por su plumaje que es uno más de brillantes de la familia. La cabeza, el cuello y la altura del pecho son azul violácea. El iris es oscuro. La pequeña mancha blanca atras del ojo, acostumbrada en los colibríes, no es siempre visible en esta especie. El pico es corto, negro y ligeramente curvo. La espalda es verde pudiendo tener reflejos azulados. Sobre las alas, las cubiertas son del mismo color que la espalda y las remeras morenas y negruzcas. El bajo del pecho y el vientre son verdes. La cola, azul violáceo, es ahorquillada y muy larga. Puede representar más de la mitad del tamaño del ave, incluso 2/3. Las patas son azuladas y dos matas de plumas blancas marcan su base. La hembra es más pequeña que el macho y su plumaje es un poco menos brillante. El Picaflor tijereta vive, en general solo, en los espacios semiabiertos, los bordes de bosques, las sabanas y también los parques y jardines de las ciudades o los pueblos. Es una ave muy territorial quien se muestra particularmente agresivo hacia todo intruso pero que se acostumbró a la presencia del hombre para los individuos que vivían en zona poblada. El Picaflor tijereta esencialmente se alimenta de néctar de flores pero caza también pequeños insectos o artrópodos. Como otros picaflores, puede quedarse en vuelo estacionario para observar su entorno o alimentarse. La hembra del Picaflor tijereta construye un nido en forma de copa, hecho con materiales vegetales. El exterior es recubierto con musgo y con liquen y los materiales son atados por telaraña. El interior es tapizado con materiales vegetales suaves. El nido está colocado sobre una rama horizontal, varias veces a baja altura. La hembra deposita allí dos huevos blancos que incuba sola durante una quincena. También es la hembra que alimenta los pichones, durante los 22 a 24 días que pasan en el nido y un tiempo más. Los pichones son independientes sólo 2 a 3 semanas después de haber puesto su plumaje. Aunque se trate de una especie que ha sido cazada mucho por ser puesta en cautividad, las poblaciones de Picaflor tijereta parecen hoy estables, incluso en expensión, y la especie no presenta, este día, riesgo particular en cuanto a su conservación. Se llama también Picaflor golondrina.

colibri_hirondelle__2_

Photos © Aline WOLFER & Philippe WOLFER